Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/85

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
65
brun de la montaigne

Quant a la porte fu dessendu du poutrel,
1880A la porte a feru grant cop d’un grant martel,
Tant que Butor l’oy qui fu en .j. prael,
Qui tenoit en sa main une verge d’aubel.
Si apela celui qui trenchoit du coutel
Et li a dit : « Amis, alés tost et isnel
1885« A la porte savoir qu’il i a de nouvel. »
Li varlès, qui tenoit un hanap a clavel,
(f° 41)Dist : « Sire, voulentiers, puisqu’il vous vient a bel. »

CVI[1]

Si tost que li varlès est venus a la porte
Qui fu toute de chaisne et de fer grande et forte,
1890Il i bouta la clef et puis si l’a ens torte,
Et quant l’ui[s] ot ouvert, la clef en sus reporte ;
Et la dame entra ens qui moult bel se deporte,
Sur son cheval ambiant qui moult souef la porte ;
Et a dit au verlet : « N’aiés pensée torte,
1895« Que ne voise a ma dame et n’en soie destorte.
— Dame, » dist li varlès, « ançois soit m’ame morte
« Se de la ou il vous plaist aler pas vous desorte,
« Car il senble que vous soiés de bone sorte. »

CVII[2]

La dame dont je di estoit gaie et jolie,
1900Jonne, belle et gentilz, et de cors bien taillie.
Li jouvenciax, de qui elle estoit bien servie,
La mist jus du cheval et si li fist aïe,
Et jusques au palais il li tint compaignie ;
Et la trouva Butor et sa grant baronie
1905Et mainte dame ausi courtoisse et eschevie.
Et si tost qu’elle fu en la salle votie,
Elle dit a Butor : « Sire, mes cuers vous prie

  1. — 1890. Il li. — 1893. emblant.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CVII