Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
brun de la montaigne

1385« Et puis si vous dirai toute ma voulenté. »
Ce respondi Bruiant : « Or soit tost commandé
« C’on ait errant l’enfant a l’esglisse porté,
« Par quoy il puist avoir sainte crestïenté. »
Dont furent chevalier et dames atourné
1390Pour l’enfant convoier c’om avoit apresté
Pour porter a l’eglisse et bien envelopé
En dras d’or et de soie en Sarrazin ouvré.
Adont sont chevalier .ij. et .ij. arouté :
Les dames vont devant plaines de gaieté.
1395Adont a on errant l’arcevesque mandé
Qui fu en sa maison par dedens la cité,
Et il i est venus sans avoir demouré.

LXXVIII[1]

Ainsi li filz Butor fu portés a l’eglisse,
Et si fu convoiés des gens plains de franchisse,
1400Car mainte dame i ot qui d’amour fu esprisse,
Et chevaliers vestus a la nouvelle guisse.
Chascuns estoit parés de parfaite cointisse.
Celle qui le porta estoit moult bien aprisse,
Car en son cuer estoit toute honnestés comprise,
1405Et avec ce biautés parfaitement assisse,
Et s’estoit pour amer gaieussement souprisse,
Car amoureussement amours son cuer atisse,
(v°)Et pour avoir ami estoit a amer mise
Celle qui de l’anfant porter fu entremise.

LXXIX[2]

1410Tout ainsi fu portés li enfes au moustier,
Et si ot avec lui maint noble chevalier,
Et mainte dame aussi qui fu au conseillier,

  1. — 1409. Miniature avec cette rubrique : Comment li filz Butor de la Montaingne fu crestïennés.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées LXXIX