Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
brun de la montaigne

1205Quant li enfes fu ens, la gent s’en est ralée,
Adonc fu du chastel la porte refremée ;
Butor i demoura cui moult trés bien agrée.

LXIX

(v°)Quant dedens le chastel fu li enfes venus
Il fu moult noblement des chevaliers mis jus,
1210Et du prince Butor doucement receüs,
Car il avoit esté de sa char conceüs,
S’en devoit au chastel trop miex estre venus.
Butor vint a Bruiant les .ij. bras estandus
Et li a dit : « Amis, quiex fais est avenus
1215« Ou bois de Bersillant ? ne le me celés plus.
« Dites le moy si haut que soiés entendus
« Devant toutes mes gens, les grans et les menus ;
« Car mes cors veut savoir se je sui deceüs,
(f° 28)« Ou se j’ai folement point esté formeüs ;
1220« Car j’aimeroie miex estre ou ars ou pendus
« Que mes filz fust par moy jusqu’à la mort venus.

LXX[1]

— Sire, » ce dist Bruians, « par la virge Marie,
« Soiés ausi certains que vous estes en vie
« Que pour home qui soit je ne mentirai mie,
1225« Que voiant vos barons la verité n’en die.
« Il est bien vérité qu’en ceste nuit serie,
« Ou bois de Bersillant, en la forest antie
« Qui est et longue et large, et ramée et fueillie,
« Nous entrames ennuit, a belle compaignie,
1230« Au mains jusques a cent de vo chevalerie.
« Vostre filz enportai, que vous ne haés mie,

    — 1207. cui, ms. qui. — 1207. Miniature avec cette rubrique : Comment Bruiant et les chevaliers qui estoient alés avecques lui ou bois de Bersillant, retournérent ou chastel de la Montaigne et raportérent l’enfant oudit chastel de la Montaigne.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées LXX