Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
41
brun de la montaigne

Et si fu comvoiés a cent homes armés,
(v°)Mais avan[t] c’ou chastel il peüst estre entrés
Ne que de la cité fust ens es fermetés,
Ils furent bien .vij. cens de vassaus adoubés,
1175Car Butors li vieillars est au devant alés.
En .iiij. c. tortis fu li feus alumés ;
Li bourgois de la ville sont es chevaus montés,
Sur mulles, sur destriers courans et abrievés ;
Du filz Butor veoir fu chascun enflambés,
1180Et de lui faire honneur ausi entalentés.
A[l] venir de l’enfant a on les sains sonnés ;
L’endemain au matin sera en fons levés,
Car il avra parrains et marraines assés.
Butors vint au devant qui fut vieus et barbés.
1185Si tost qu’il vit Bruiant envers lui est tournés,
Et de lui doucement a esté acollés,
Et puis avec l’enfant est Butor retournés ;
(f° 27)Ainsi tout chevauchant est en la salle entrés,
Et si fu conjouïs ainsi com vous orrés,
1190Se l’istoire ne ment et vous bien m’escoutés.

LXVIII[1]

Par dedens la Montaigne ot grant joie menée,
Bondissoient cil cor a moult grant alenée,
Toute la compaignie est en la ville entrée,
De ci qu’e[n]s au chastel ne s’i est arestée,
1195Mais a l’entrer de [la] fu la porte fremée
Por ce qu’il y avoit si trés grant assemblée ;
Et de ci qu’a la dame est la nouvelle alée.
Si tost qu’elle l’oy de joie s’est paumée,
Mais avant qu’il fust jours fu sa joie doublée,
1200Ausi tost qu’ele sot toute la destinée,
Car onques mais n’avoit seü chose faée,
Et s’estoit de son filz la vie aventurée,
Et si n’en estoit pas encore relevée,
Si qu’elle en estoit plus d’assés espoventée.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées LXVIII