Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
brun de la montaigne

Et li dit doucement : « Ma dame debonnaire,
« Pour Dieu ne vous ennoit, j’ai .j. petit afaire ;
« Assez tost revenrai devers vous sans mesfaire. »
Bruiant s’en departi sans plus de sermon faire,
800Si revint tout errant ou lieu et ou repaire
A ses troys compaignons qui gardent sans forfaire
Le petit enfançon par amoureus afaire.
Et quant Bruiant i vint, si le vot a li traire,
Et on li delivra sans noissier et sans braire.
805Moult doucement le prist et sans mal faire traire,
Mais tous jours ot paour, por ce qu’oy retraire
La dame en la forest le grief de son contraire.

XLV[1]

Li chevalier s’en vont par la forest ramue
Par une sentelete ou poignoit l’erbe drue,
810Mais quant Bruiant souvient de la dame, tresue,
Pour l’amour de l’enfant souvent [la] couleur mue.
Souvent se retournoit com oisiaus pris en mue.
Or ont tant cheminé et leur voie tenue,
(f° 19)Que dedens Bersillant qui est grande et fueillue
815La riviere ont oye de bien courre esmeüe.
Or ont tant alé sus la gravele menue,
Que la fontaine fu d’aus .iiij. perceüe ;
Or estoit près que temps que l’eure fust venue
Qui avoit esté d’aus longuement atendue.

XLVI[2]

820Li chevalier s’en vont tout selonc le gravier
Qui enportent l’enfant a Butor le guerrier ;
Ainz qu’il soit jours feront son cuer esleescier.

    — 805. s. nul m.

  1. — 810. d. si t.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XLVI