Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
brun de la montaigne

« Dites moy, savés vous ou il est enbuchiez ?
— Sire, » respont la dame, « or ne vou[s] travailliez,
« Car .iiij. lieues est bien avant chevauchiez.
770— Dame, se vous voulés, de moy sera chaciés. »
La dame li respont : « Vo paine perdrïez,
« Si vous requier merci que vous vous en ailliés,
« Sur le cors mon seigneur demanter me laissiés.
— Dame, » ce dit Bruians, « li jours est anuitiés,
775« Si que pour bien vous lo qu’avec moy en veigniés,
« Et vos sire sera sur .j. cheval chergiés :
« Pusqu’il est gentieus hons il doit estre essauciés.
— Sire, » ce dit la dame, « or ne vous merveilliés,
« Quant je pers monseigneur se mes cuers est corciés,
780« Car avecques ce m’est mes anfes chalangiés,
« Qui pour eür avoir estoit ci adreciez. »

XLIII[1]

Et quant Bruians oy la dame ainssi parle[r],
Si li vot doucement enquerre et demander
A quel fin la avoit son enfant fait porter.
785La dame li respont : « Pour honneur conquester,
« Pour avoir destinée et pour avanturer.
(v°)— Dame, » ce dit Bruians, « le pourroit on trouver ?
La dame respondi : « La mort l’a fait finer,
« Car .j. crueus serpant si le vint estrangler
790« Si tost que mon seigneur commança a chapler
« Au larron chevalier qui l’a voulu tuer,
« Si que, sire, pour Dieu, lessiés me atant ester,
« Et si vous en alés, car ci me faut finer. »

XLIV[2]

Quant Bruiant ot oy de la dame l’afaire,
795Il en ot en son cuer por pitié grant contraire,

  1. — 784. aporter.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XLIV