Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
brun de la montaigne

.VI. chevaliers i ot a Butor desmonter,
Car onques plus gentilz ne pot armez porter,
410Ne onques plus hardis de lance bouhorder,
Ne miex ferans d’espée .j. haubert endosser
Que li cors de Butor dont vos m’oez conter ;
Mais il estoit viex hons, souffrir ne pot l’armer.
Adont commanda on l’iave errant a corner.
415Quant elle fu cornée on cria a laver,
Et quant on ot lavé on s’asist au dingner ;
Puis fu on bien servi, de ce ne faut douter,
Car de quanque on puet noble homme saouler,
Butor en fu servis por li plus honnorer ;
420Mais riens ne li plaissoit c’on li peüst donner,
Por ce qu’il pensoit tant a son enfant porter
Par delés la fontainne et lui aventurer ;
Dont dit .j. chevaliers : « Qu’avez-vous a pensser ?
(v°)« Sire, pour Dieu merci, veilliez de vous oster
425« Toute melencolie et vous .j. pou jouer.
— Vraiement, » dit Butors, « je ne puis reposser :
« Mi baron pourront bien, je croy, trop demourer ;
« Mès, par le roy des ciex que chascun doit loer,
« Jamais par leur conseil ne m’en verront ouvrer
430« S’il ne viennent avant que je voie avesprer. »

XXIV[1]

Tout ainsi que Butors fu au digner assis
Il vint .j. messagier en son palais votis
Qui tenoit en sa main et lectres et escris.
Si trouva .j. serjant qui gardoit le postis,
435Si li a dit : « Por Dieu enten a moy, amis,
« En quel point est Butor li frans princes gentis ?
— Amis, » dit li serjans, « il est pieça servis ;
« Si tu y veus parler il est tans, ce m’est vis. »
Li messages respont : « Dous compains, grant mercis. »

    — 418. quan cô.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XXIV