Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
2
brun de la montaigne

Vous aves bien ouï qu’en vielle ancesserie
Que roy et duc et prince, ou honneur est florie,
Quant ooient parler d’aucune faierie,
Pour ce que destinée en leur hoirs fust norrie,
20Faissoient leur enfans porter par leur meisnie
En forès et en bois par leur melancolie,
Ou fust en haut desert ou dedens praarie,
Desous arbre ramu ou fontaingne jolie,
Afin que leur enfant amandassent leur vie
25Par destinée qui fust a aus otroïe.

II[1]

Seigneurs, ou moys d’avril que li bois sont fuelli,
Vïoletes partout espanissent ausi,
Et que point la verde herbe et li pré sont foilli,
A celui temps avint, tout droit a .j. juedi,
30Qu’il estoit .j. haus hom et d’estat seignori,
Sire de la Montaigne, ainsi nomer l’oï ;
Moult estoit gentis hom, de sanc roial ausi,
Et cent foys plus vaillans d’assez que je ne di.
Or avoit moult de temps li chevaliers vesqui,
35Si estoit ancïans, mais il ot avec li
Une jone mouillier de qui .j. filz yssi
Sages et avissés, et fu doctrinés si
Que quanqu’es cuers d’amant oncques d’amour issi,
Li jouvensiaus ot tout en son cuer, puis ce di.

III[2]

40La joune dame qui fu fame au chevalier,
Porta le bacheler dont vous m’oiés noncier,
Qui por amer ot puis maint divers enconbrier.
La dame en delivra .j. jour a l’anuitier,
Et quant delivre en fu n’i ot que esleescier.

    — 18. faaierie

  1. — 32. h. et de.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées III