Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
brun de la montaigne

CLXXXVIII[1]

Droit ens ou point que Bruns as buissons se dormoit
Le frain de son cheval dedans son bras avoit,
Et quant il ot dormi .j. petit la endroit,
3300Tout droit en son dormant en avis li estoit
Qu’a .iiij. chevaliers droit la se combatoit,
Et quant moult malement navré ou corps estoit
Ses chevaus fiert du pié, en ce point l’esveilloit,
Et quant il sailli sus tout estordis estoit,
3305Son hïaume a saissi sur quoy il se gissoit,
Mais ains qu’il l’eüst mis, jus il regarde, et voit
Au dehors du chastel .j. home qui tenoit
.I. escu d’or bandé de quoy il se couvroit,
Et sur .j. grant coursier encontre Brun venoit ;
3310S’avoit la lance ou poing que moult bel paumoioit.
Quant Brun le vit venir, si se leva tout droit,
Son hïaume laça bien fort et bien estroit.

CLXXXIX[2]

(v°)Quant Brun de la Montaigne ot le pié en l’estrier,
Il monta sus la selle a loy d’un escuier ;
3315Et quant il fu montés, il se va afichier :
Il a levé sa lance et pris a paumoier,
Et s’a point le cheval des esperons d’acier.
Quant il fu perceüs du noble chevalier,
Le chevalier en haut commança a criier :
3320« Escuier, il vous faut moy rendre ce destrier. »
(f° 71)Et quant Brun l’entendi, vis cuida essagier :

  1. — 3304. sus, ms. sut. — 3212. Rubrique : Comment Brun de la Montaingne jouste a .ij. chevaliers, et en abati l’un mort du cheval a terre et l’autre se rendi a lui.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CLXXXIX