Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
99
brun de la montaigne

Butor de la Montaingne i est venus errant,
Et li a demandé qu’elle aloit demandant,
Et se Bruns li avoit riens fait ne tant ne quant
2865Qui si trés fort pleuroit et aloit demantant.
Quant la dame le vit, si li dit maintenant :
(v°)« Sire Butor, nenil, mais il me fait mal grant
« Quant il me faut laissier ce que j’amoie tant.
— Dame, » ce dît Butor, « et qu’alés vous pensant ?
2870« Quant vous nous avez fait service si plaissant
« Et si n’avés eü riens en tout vo vivant,
« Je croy que pour ce fait vous alés demenant. »
Si tost que Butor ot dit le mot en pensant
La dame s’en ala tout esvanouïssant.

CLXV[1]

2875Quant Bruns de la Montaigne ot sa mére perdue,
Et que ralée en fu dont elle estoit venue,
Il ne sot que penser qu’elle estoit devenue :
D’ire et de mautalent tout li cors li tressue,
Si a dit a Butor : « Vous l’avés esmeüe,
2880« Mais je fois sairement a Dieu qui fist la nue
« Que jamais ne girai en ceste tour cremue
« N’en ville c’unne nuit, se n’est en l’erbe drue,
« Jusqu’à tant que j’avrai la nouvelle seüe
« Se ma mére puet estre en la forest ramue
2885« Ou en aucun lieu misse ou puet estre enbatue.
« Qui ci estoit errant, or l’ai si tost perdue !
« Hélas ! qui la me puet si tost avoir perdue ? »

CLXVI[2]

Et quant Butor vit Brun qu’ainsi se demenoit
Si fu moult tourmentés du veu que fait avoit,
2890Car il pensa moult bien ce qu’avenir devoit :

    — 2868. me, ms. ne. — 2871. riens eü en.

  1. — 2887. perdue, corr. tolue ?
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CLXVI