Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il eſt ſans vigueur & ſans ame :
Mangeant le pain d’un corbillon,
On ne ſait pas ſi l’autre eſt bon.


Les Lameth.

     Issus tous deux du même ſang.
Amis, & ſi l’on veut, bon freres,
Nous rejettons les biens, le rang,
En amours nous ſommes contraires.


Charles Lameth.

     Pour moi je ne fous qu’en teton,
Et mon frere ne fout qu’en con.


Mirabeau l’aîné.

     Je fus toujours un libertin,
Un charlatan plein de paroles ;
Mais c’eſt ſur-tous ſous l’Arétin
Qu’on me diſtingua dans l’école,
Je n’ai point de vertu de foi,
Et rien ne ſe meſure à moi.