Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en cet endroit que ma rage réſide. Continuez à m’enfiler le vagin, laiſſez-là mon poſtérieur.

Mirabeau.

Ah ! Madame il faut goûter de tout. Qui ne mange que d’un pain ne connoît pas le prix d’un autre. Ne vous fachez pas : vous ſerez foutue & enculée.

Mme. le Jay.

Commencez par le devant.

(Mirabeau enfile madame le Jay, & d’Anton encule Mirabeau.)
Mirabeau.

Fort bien allons, poussons chacun de notre côté, M. d’Anton, je vais jouir doublement.

(Marat prend des verges, &