Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La Reine.

Foutez, enculez-vous, Mesſieurs, tant qu’il vous plaira, quant moi, je ne veux être foutue qu’en con. Il me faudroit un régiment entier, & tous les Carmes, les Cordelier de France, pour assouvir mes ardeurs. Le con me brûle, il lui faut des torrens de foutre pour le rafraîchir. Quand vous aurez foutu, M. Barnave, votre ami, M. Bailly, pour vous égayer vous foutrez en con à votre aiſe.