Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſens & forces, pour recommencer encore.

La Fayette (ſe retournant.)

Je vous avoue, M. Bailly, que j’aime mieux encore foutre le con d’une belle femme, telle que Sa Majeſté, que d’enculer le derriere du plus bel Adonis de la terre.

La Reine.

C’eſt la fouterie naturelle. On a cru que je me faiſois branler par mes favorites, mes femmes ; on s’eſt trompé. Mes amies, mes confidentes ne m’ont ſervi qu’à me procurer de beaux, de robuſtes cavaliers, & ſi tous les vits qui ſont entrés dans mon con, étoient au bout les uns des autres, la longueur pourroit figurer La diſtance de Paris à Versailles.