Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La Fayette.

Madame, vous me faites honneur, & s’il vous plaiſoit de tenter un assaut de volupté.

La Reine.

Etes-vous prêt, êtes-vous en état ? n’allez pas compromettre la gloire de votre virilité. Penſez que je ſuis Reine, & que je veux être foutue comme une Reine.

(La Fayette tire ſon vit de ſa culotte. Il trousse la Reine, la jette ſur un ſopha, & Bailly enfile la Fayette, par derrière au même inſtant.)

La Fayette.

Ah ! Madame, quelles délices !