Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme – Bordel patriotique, 1791.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne foutoit que des cons, qui les foutoit mal, & qui ſe trouva foutu lui-même comme un Jean-foutre qu’il étoit, je me fis déférer ſa place qui en rempliſſoit quatre.

Je devins en un inſtant Maire de ville, Prévôt des marchands, lieutenant de police, &c, &c. Avec ces places, je n’eus point de peine à mettre force foin dans mes bottes. Car indépendamment des gros honoraires attachés à mes dignités, j’ai tant tirer, tant volé, que je ne reconnois plus aujourd’hui les plus opulens de ma famille, qui me regardoient comme un gueux, & en effet ils n’avoient pas tort, je l’étois de toutes façons. Rien n’eſt tel que l’eau qui dort ; j’ai paſſé ma jeuneſſe dans les taudions, les bouzins, non pas dans les réduits des élégantes vérolées ;