Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/441

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





HÂ 45 (SP. 44). — GÂTHA USHTAVAITI 3



1-2. Révélation de la doctrine mazdéenne. Existence de deux Esprits, le Bon et le Mauvais, opposés de pensée, d’âme, de religion (cf. Y. XXX, 1-6).

3-5. Cette doctrine est la première des choses dans ce monde : celui qui ne la suivra pas, telle que le Prophète la conçoit et l’exprime, malheur à lui à la fin du monde ! C’est la pensée d’Ahura, fondateur de l’Asha, père de Vohu Manô et d’Ârmaiti : ceux qui la suivront iront au Paradis.

6. Qu’Ahura m’entende et m’éclaire ! Il doit ses bienfaits à ses adorateurs. Nous voulons lui offrir nos hymnes de prière (§ 8), le réjouir de nos pensées vertueuses (§ 9), le magnifier par nos sacrifices de piété (§ 10).

11. Arrière les méchants ! Traitez superbement les superbes !


{{t|Dînkart, IX ; 16 (Sûtkar) ; 38 (Varshtmânsar) ; 60 (Bak).


___________


1. At fravakhshyâ. — Je vais parler, prêtez l’oreille ; écoutez, vous qui de près, vous qui de loin venez pour vous instruire 1 [1]. Mazda m’a révélé

  1. 1. Litt. « vous qui de près (asnât = min nazdik), vous qui de loin désirez » c’est-à-dire venez « pour vous instruire » (ô êrpatastàn kartan). — Cf. le début du Hâ XXX. — fravakhshyà est une 1re personne du futur : frâj yamalalûnam (§ 2 a).