Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.





CHAPITRE VIII


MATÉRIAUX POUR LA TRADUCTION DU YASNA ET DU VISPÉRED


I. L’édition Geldner et l’édition Tahmuras.
II. Les traductions indigènes du Yasna ; : 1° Traduction pehlvie ; le texte de M. Spiegel ; les manuscrits des deux Dastùrs, J2 et Pt4. — 2° Traduction sanscrite de Nériosengh. Époque de Nériosengh. — 3° Traductions gujraties. — 4° Traduction persane.
III. Les traductions indigènes du Vispéred (pehlvie et gujratie).
IV. Secours indirects : — Textes pehlvis utilisés. — Chronologie d’Albirùnì.
V. Indications sur le plan de la traduction et du commentaire.



I

Il nous reste à faire connaître les matériaux sur lesquels repose la traduction des deux livres traduits dans ce premier volume.
Pour le texte Zend nous avons suivi, sauf indication contraire, l’édition de M. Geldner[1]. L’éditeur a eu en main presque tous les manuscrits importants de l’Avesta, connus en Europe et dans l’Inde, et il donne dans ses notes toutes les variantes qu’il a recueillies, de sorte qu’avec cette édition,


  1. Avesta, die heiligen Bücher der Parsen im Auftrag der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien ; 1 Yasna, 239 p. in-4°, f’ormant les trois premières livraisons ; 1885--1886, Stuttgart, Kohlhammer. — Les 31 premières pages de la 4e livraison, 1887, forment le Vispéred.