Page:Annales de mathématiques pures et appliquées, 1810-1811, Tome 1.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
D’ÉQUILIBRE.


équilibre, il est nécessaire et il suffit que la résultante de ce système modifié soit identique avec celle des puissances arbitrairement introduites : or, cela exige, en premier lieu, que leurs composantes parallèles aux axes soient égales, chacune à chacune ; ce qui donne d’abord


Au moyen de ces conditions, les équations , les seules qui renferment les puissances du système primitif, se simplifient ; en leur retranchant en outre les équations et chassant des dénominateurs, elles deviennent


Les équations des deux résultantes deviennent aussi, par suite des mêmes conditions,


ces résultantes se trouvent donc déjà parallèles ; il suffit donc, pour qu'elles coïncident, qu'un point de la direction de l’une satisfasse aux équations de l’autre ; on exprimera donc que leur coïncidence a lieu, et conséquemment on complétera les conditions d’équilibre, en écrivant les deux équations


nous devons donc avoir, outre les trois conditions déjà trouvées,