Page:Annales de mathématiques pures et appliquées, 1810-1811, Tome 1.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



être une conséquence nécessaire des deux autres, ce dont on peut en effet s’assurer facilement. Par leur moyen, on ne pourrait donc déterminer que le rapport entre les trois inconnues  ; mais, en y ajoutant la quatrième équation

,


le problème devient entièrement déterminé. Si, pour abréger, on fait :


on aura finalement :


et le problème sera résolu.

16. Si nous désignons par la lettre le point, dans l’intérieur du triangle dont on vient de déterminer la position, par rapport aux trois axes primitifs, supposés perpendiculaires entre eux ; on trouvera la position de ce même point, par rapport aux sommets des trois angles du triangle moyennant les formules connues , savoir :


ce qui devient, après la substitution et les réductions ;

17. Si, en employant les formules et réductions déjà enseignées, on calcule les cosinus des arcs on trouvera qu’ils ne diffèrent de ceux des arcs que dans