Page:Annales de la société Jean-Jacques Rousseau, tome 5.djvu/41

Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
ANNALES DE LA SOCIÉTÉ J. J. ROUSSEAU

gnait des indiscrétions, des détournements ou des difficultés de police. Il commence par indiquer à Rey qu’il devra expédier à d’autres adresses que la sienne, en alternant ces adresses, et avec des précautions minutieuses, détaillées dans une lettre du 15 octobre. À la même date il suggère à Rey de solliciter de M. de Malesherbes, s’il a les ports francs, l’autorisation de lui faire parvenir les épreuves. Le 24 décembre, Rey écrit à Malesherbes[1]. Le 1er février il annonce à Jean-Jacques que M. de Malesherbes a accepté la proposition. Dans une lettre du 6 mars Rousseau indique à Malesherbes comment les épreuves pourront lui parvenir de Paris à Montmorency, soit par la poste, soit par un messager de la rue Saint-Germain l’Auxerrois[2].

La question des ports réglée, restait celle de la régularité des envois, d’Amsterdam ou de Paris. Les lettres de Rousseau à Rey et de Rey à Rousseau précisent les dates sans grand intérêt de ces échanges. Notons seulement que la première épreuve est envoyée le 3 avril 1760, la deuxième le 7 avril, la première bonne feuille le 24 avril, avec l’épreuve D[3]. Rousseau et Rey eurent

  1. La lettre est conservée à la Bibliothèque Nationale (Manuscrits, Collection Anisson, 22191, f° 299) : « J’ai deux grâces à vous demander et que je vous prie de vouloir m’accorder… La première est de me permettre de vous adresser les épreuves d’un nouvel ouvrage que je vais entreprendre dont l’auteur est M. Rousseau, citoyen de Genève ; voici ce qu’il me mande par la lettre du 15 Xbre 1759, de Montmorency… [Lettre publiée, conformément à l’extrait donné par Rey, dans Bosscha, p. 83].

    Je mande parce courrier à M. Rousseau que je vous en ai fait la demande et que je l’instruirai de la réponse dont je vous prie de m’honorer… »

  2. Bosscha. pp. 83, 82, 86. — Œuvres, X. p. 226. — Lettres de Rey du 24 décembre 1759, 1 février 1760, 16 juin (Lettre d’envoi d’épreuves à M. de Malesherbes.)
  3. Bosscha et lettres de Rey, passim.