Page:Annales de la société Jean-Jacques Rousseau, tome 1.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA SOCIÉTÉ

JEAN-JACQUES ROUSSEAU

I


Au temps de la Restauration, M. de Musset, le père du poète Alfred, a publié une édition des œuvres de J. J. Rousseau, une histoire de sa vie et de ses ouvrages, et deux volumes de ses œuvres inédites. Nous, qui reprenons aujourd’hui, après quatre-vingts ans écoulés, cette œuvre d’ensemble à laquelle M. de Musset a travaillé longtemps avec beaucoup de zèle, et non sans succès, nous nous plaisons à rappeler sa mémoire, et à rendre hommage à ce digne prédécesseur.

Mais il n’avait fait qu’ébaucher une tâche qui restait presque tout entière à accomplir ; et ceux qui l’ont suivi, il faut le dire, n’y ont travaillé qu’à bâtons rompus.

Deux hommes de mérite, M. Ravenel et M. Adert, s’étaient proposé d’être les éditeurs de J. J. Rousseau, et ils avaient su voir que sa correspondance, avant tout, demandait à être complétée et annotée. Mais les travaux consciencieux qu’ils avaient entrepris dans cette vue n’ont pas abouti à une publication, et sont restés à l’état de manuscrits.

Les lettres de Rousseau à son libraire Rey ont été publiées à Amsterdam (1858). M. Georges Streckeisen, arrière-petit-fils de Paul Moultou, l’ami de Jean-Jacques, a puisé dans les manuscrits légués à sa famille la