Page:Andre Suares Voyage du Condottiere Vers Venise, 1910.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Andre Suares Voyage du Condottiere Vers Venise, 1910 (page 9-1 crop).jpg


LE CONDOTTIÈRE



L e voyageur est encore ce qui importe le plus dans un voyage.

Quoi qu’on pense, tant vaut l’homme, tant vaut l’objet. Car enfin qu’est-ce que l’objet, sans l’homme ? Voir n’est point commun. La vision est la conquête de la vie. On voit toujours, plus ou moins, comme on est. Le monde est plein d’aveugles aux yeux ouverts sous une taie ; en tout spectacle, c’est leur cornée qu’ils contemplent, et leur taie grise qu’ils saisissent.

Les idées ne sont rien, si l’on n’y trouve une peinture des sentiments, et les médailles que toutes les sensations ont frappées dans un homme.