Ouvrir le menu principal

Page:Anatole Leroy-Beaulieu - Empire des Tsars, tome 3, Hachette, 1889.djvu/633

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


purifier, eux et leurs femmes, des impuretés légales. Ils sont organisés eu communautés autonomes et ont même gardé le droit de percevoir, sur leurs coreligionnaires, des taxes spéciales destinées à l’entretien de leurs fondations. Leur culte est libre, comme est libre la pratique de toutes les observances rituelles. La loi n’y met qu’une restriction imposée à tous les cultes dissidents : ils ne peuvent faire de prosélytes, ni s’opposer au prosélytisme des orthodoxes parmi eux. En 1887, à Varsovie, un père et une mère étaient poursuivis en justice pour avoir tenté de disputer à l’orthodoxie leur fille, Mme Lysakof. La même année, à Kharkof, un vieux juif, nommé Tichtenstein, était arrêté pour avoir fréquenté la synagogue, après s’être laissé autrefois baptiser. Il n’y a guère d’années sans quelques procès de ce genre. De semblables affaires, inouïes ailleurs, sont ordinaires en Russie. C’est le droit commun, et les tribunaux appliquent la loi aux Juifs comme aux protestants ou aux catholiques.

S’ils jouissent de la liberté religieuse (autant du moins qu’elle est compatible avec la législation russe), les Israélites sont loin de posséder la liberté et l’égalité civiles.

Les Juifs, sujets du tsar, sont soumis aune législation spéciale inspirée de défiances en partie religieuses, en partie nationales et économiques. Cette législation fort compliquée embrasse plus de mille articles de lois dispersés dans les quinze volumes du Svod zakonof, le Digeste russe[1]. Ces lois, sans cesse remaniées, forment un chaos presque inextricable. Elles ne sont pas les mêmes pour l’empire et pour le royaume de Pologne, où les Juifs ont bénéficié de la tolérance polonaise et des traditions françaises du grand-duché de Varsovie. Aux lois viennent encore s’ajouter des instructions ministérielles et des circulaires se-

  1. Voyez le Svod ousakonenii o Evreiakh, Saint-Pétersbourg ; 1885, par M. E. Levine. Cf. Orchanski, Rousskoe Zakonodatelstvo o Evreiakh. Pour la situation des Israélites avant la domination russe, voyez Huppe, Verfassung der Republick Polens, VIII, p. 232.