Ouvrir le menu principal

Page:Anatole France - Rabelais, Calmann-Lévy, 1928.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prince a doté l’abbaye assez libéralement pour que les thélémites puissent passer leur temps en études libérales, en exercices d’arts, en joyeux devis, en plaisants entretiens. Rabelais ne songe point à nous dire à quelle somme cette richesse se monte ni comment elle est administrée. On nous demanderait plus de précision à cet égard, si nous nous avisions aujourd’hui de présenter un plan de phalanstère.

Il n’est pas inutile de faire remarquer que ce moine qu’on a peint comme un ivrogne et un goinfre, en traçant le plan détaillé de son abbaye, a oublié les cuisines.