Ouvrir le menu principal

Page:Anatole France - Rabelais, Calmann-Lévy, 1928.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Point ! point ! répondirent-ils. Ce sera au retour. De là, nous prendrons Candie, Chypre, Rhodes et les îles Cyclades et nous tomberons sur la Morée. Nous la tenons. Saint Treignan, Dieu garde Jérusalem, car le Soudan ne vous est pas comparable en puissance.

— Je ferai donc rebâtir le temple de Salomon, dit Picrochole.

— Non ! dirent-ils encore, attendez un peu. Ne soyez pas si prompt dans vos entreprises. Il vous convient premièrement d’avoir l’Asie Mineure, la Carie, la Lycie, la Pamphilie, la Cilicie, la Lydie, la Phrygie, la Mysie jusqu’à l’Euphrate.

— Verrons-nous, demanda Picrochole, Babylone et le mont Sinaï ?

— Non, pour cette heure, répondirent-ils. N’est-ce pas assez d’avoir transfrété la mer Hircanienne, chevauché les deux Arménies et les trois Arabies ?

— Par ma foi, dit-il, c’est à perdre la tête ! Ha ! pauvres gens que nous sommes !

— Quoi donc ? demandèrent-ils.

— Que boirons-nous par ces déserts ?

— Sire, nous avons déjà mis ordre à tout. Dans la mer Syrienne, vous avez neuf mille quatorze grands navires chargés des meilleurs vins du monde. Ils arrivent à Jaffa. Là sont réunis deux cent vingt mille chameaux et seize cents éléphants, que vous avez pris à une chasse, lorsque vous entrâtes en Lybie. Vous vous