Ouvrir le menu principal

Page:Anatole France - Rabelais, Calmann-Lévy, 1928.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Aymery, lui dit le jeune moine, Aymery qui a le goût des femmes (mulierarius, dit le texte) a bien pu se laisser aller, à table ou au coin du feu, à leur traduire en français, à sa façon, les endroits du livre où le sexe n’est pas toujours ménagé. Il voulait vous noircir afin de se faire bien venir d’elles.

On voit que déjà le jeune Frère François observait et connaissait la nature. Mais, trop savant pour ne pas consulter les anciens, il allégua aussitôt l’autorité de Lucien qui recommande à l’orateur, en son ’Ρητόρων διδάσκαλος, de plaire aux femmes s’il veut réussir.

C’est ainsi que François Rabelais, à la fleur de l’âge, mêlé à cette docte querelle, fut appelé à considérer le mariage dans ses avantages et ses inconvénients, entre lesquels nous verrons plus tard son autre lui-même, Panurge, suspendu.

En 1520, Pierre Lamy se rendit à Saintes, auprès du président Aymery Bouchard, défenseur des femmes. Durant son séjour dans cette ville, il écrivit au juge Tiraqueau, adversaire des femmes, une lettre latine qui nous à été conservée et qui nous montre que la mutuelle amitié des deux champions n’avait pas péri dans la querelle. Il y est parlé de Rabelais comme d’un très jeune homme, déjà plein de science, mais qui ne s’essaye que depuis peu de temps à écrire en grec.

« J’éprouve, dit Pierre Lamy, une violente contrariété lorsque je prévois que si j’ai dû, dans