Ouvrir le menu principal

Page:Anatole France - Rabelais, Calmann-Lévy, 1928.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à l’eau de cette fontaine le goût du vin qu’il imaginait, vin de Beaune, vin de Grave, galant et voltigeant, vin de Mirevaux, plus frais que glace ; et, quand ils changeaient d’imagination, l’eau changeait de goût.

Ensuite, la prêtresse revêtit Panurge de l’habit des néophytes admis aux mystères, et, quand celui-ci eut chanté des vers en manière d’invocation, elle jeta dans la fontaine une poudre qui la fit bouillir et murmurer comme une ruche d’abeilles. Alors fut entendu ce mot :

TRINQUE


Et Bacbuc prit Panurge sous le bras doucement, lui disant :

— Ami, rendez grâces aux cieux, la raison vous y oblige ; vous avez promptement eu le mot de la Dive Bouteille. Je dis le mot le plus joyeux, le plus divin, le plus certain, qu’encore on ait entendu d’elle depuis le temps qu’ici je procède à son très sacré oracle.

Ayant ainsi parlé, la prêtresse prit un gros livre, recouvert d’argent, le plongea dans la fontaine et dit :

— Les philosophes, prêcheurs et docteurs de votre monde vous repaissent par les oreilles de belles paroles. Ici, nous incorporons réellement nos préceptes par la bouche. C’est pourquoi je ne vous dis point : Lisez ce chapitre. Voyez cette