Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/301

Cette page n’a pas encore été corrigée
287
LE JARDIN D'ÉPICURE

qui répare leurs forces, dont ils ne se serviront pas mal à propos pour écrire des romans qui troublent les cœurs ou des traités de physiologie qui empoisonnent l’existence.

À ce moment, une belle fille, aux joues rouges, avec des yeux d’un bleu pâle, apporta des œufs et une bouteille de vin gris. Je demandai à mon ami Jean s’il haïssait les arts et les lettres à l’égal des sciences.

— Non pas, me dit-il : il y a dans les arts une puérilité qui désarme la haine. Ce sont des jeux d’enfants. Les peintres, les sculpteurs barbouillent des images et font des poupées. Voilà tout ! Il n’y aurait pas grand mal à cela. Il faudrait même savoir gré aux poètes de