Page:Anatole France - L’Église et la République.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VII


Suite du Ministère Combes.
Les Préliminaires de la Séparation.
Examen du Concordat.

M. Combes avait paru jusque-là disposé à gouverner sous le régime de 1801. A vrai dire il y avait éprouvé de grandes difficultés. Il observait strictement le Concordat que la curie violait sans cesse. Elle avait refusé plusieurs évêques à l’Empire, un plus grand nombre à la République. Elle refusait tous ceux que lui présentait M. Combes.

Le Nonce l’allait trouver dans son cabinet.

— Indiquez-moi d’autres noms, nous discuterons et nous nous entendrons dans une conversation préalable.

Et le Nonce déclarait que c’était pour lui une question de principe. C’en était une aussi pour le ministre. M. Combes, revenant au droit, refusait de soumettre à Rome le choix des évêques, qui appartient uniquement au gouvernement français.

Tous ses candidats étaient rejetés sans indication de motifs et huit sièges épiscopaux demeuraient vacants.

Après la note du Pape aux puissances et l’affaire