Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée



Gallic n’est pas le seul « kaner brezonek » qu’on voit dans les foires. À la Foire-Haute de Morlaix, à la Poire des Calendes d’hiver de Carhaix l’année dernière, nous avons écouté-deux jeunes paysans du Léon qui chantaient et vendaient les œuvres d’un certain Francis Moal, barde populaire de Saint-Pol, dont la photographie, s’il-vous-plaît, ornait une feuille volante- au titre aguichant : Mcrc’hed huant Montroulcz. On en faisait à Carhaix, Mcrc’hed koant Keraëz, pour sauver l’actualité. Malheureusement, nos chanteurs populaires, accablés par le coût élevé de l’impression par petites quantités, tarifient leurs feuilles volantes, à 20 sous pièce, appliquant sans vergogne le coefficient 20 par rapport à 1914. Leur diffusion en est forcé- ment plus réduite.

Bonne chance quand même, à nos modestes pionniers de la chanson foraine.

LES RELATIONS FAMILIALES
ENTRE PAYS CELTIQUES

Depuis quelques années, la mode est aux échanges d’enfants adultes,, entre divers Pays. Par l’intermédiaire de certaines agences, des familles^ françaises, anglais.es, voire allemandes, entrent en relations et s’envoient mutuellement garçons ou filles, passer les. mois de vacances, les uns chez les autres. Les voyages, dit-on, forment la jeunesse, et de plus, la pratique des langues en est grandement facilitée. De tels échanges ont en plus pour heureuse conséquence de créer pratiquement cette « mentalité de paix » qui découlera plutôt des relations indi- viduelles que des règlements édictés à Genève.

Nous conseillons à nos amis de prendre l’habitude d’échanger leurs enfants des deux côtés de la Manche, M. Robert J. Wal- ling, directeur d’un journal de Plymouth, nous aidera à tenter l’essai, en nous bornant à. la Cornouaille Anglaise, parce qu’elle est la plus rapprochée, et que le prix du voyage aller et retour, environ 800 fr. est à la portée d’un grand nombre. De plus, la Bretagne est reliée directement à la Cornwall et au Devon par Saint-Malo (Compagnie Southern, 10 heures de mer, 10 heures de fer).

La Société Armorica se chargera des démarches avec le Centre de Plymouth, moyennant un droit d’inscription de 50 francs.

LE CONGRES EUCHARISTIQUE DE DUBLIN

L’année dernière, le Congrès Eucharistique ou Pan-Catholi- que du Monde, a eu lieu à Carthage ; et l’année précédente à îSydney, en Australie.

Du 22 au 26 juin 1932, il se tiendra à Dublin, en Irlande. <^e sera une assemblée formidable, et d’autant plus, importante qu elle coïncidera avec le 15e centenaire de l’entrée de l’Irlande dans la Religion Chrétienne (Saint-Patrick, 432).

Actuellement, l’Irlande est l’un des pays les plus catholiques du monde : elle y a quelque mérite, si l’on songe à la guerre terrible que l’Angleterre lui a faite pendant des siècles