Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Echos et Nouvelles d’Actualité Celtique

NOS CHANTEURS POPULAIRES

Malgré les difficultés présentes, et le handicap de la chanson montmartroise en série, la chanson bretonne se débat et se défend. On l’avait cru morte définitivement avec le cabaretier Le Brun, de la Route de Ploujean à Morlaix, avec Le Neindre (Jean-Marie An Hent), de Kerrien, et avec la Guillermic, dite Hani Goz Kastellin, qui fnt écrasée par un train en 1914, et dont Ar Bobl du temps publia la- vie et le portrait.

Il y aura eu quelques faux-prophètes de plus, tout simplement.

Chann GUILLERMIC
(Hani goz Kastellin)

qui fut écrasée à l’âge de 73 ans, elle et sa carriole traînée par un chien, au passage à niveau nord de Callac, le mercredi 11 février 1914 après le marché où elle avait chanté (He bannac’h a blije d’ei).