Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/387

Cette page a été validée par deux contributeurs.


beaucoup qui font pour l’absolution ; mais quand vous aurez meurement considéré le contraire, il y a une infinité de circonstances qui vont à la mort. Un nouveau citoyen qui avoit dressé nouvelle boutique, quelque temps après la disparition du Luquois, la preud’hommie du Lieutenant criminel cogneue de tous, la déposition par luy faite, assistée de celle du Sergent, mais sur tout la miraculeuse rencontre de l’aveugle, qui se trouva tant à la mort du Luquois, que depuis dans l’hostellerie où estoit Bigot, et finalement que sans artifice il avoit recogneu la voix du meurdrier au milieu de plusieurs autres ; toutes ces considérations mises en la balance, firent condamner ce pauvre mal-heureux à être roüé ; et auparavant estant mis sur le mestier, il confessa le tout à la descharge de la conscience de ses juges, et fut le jour même exécuté à mort.


LE PROCÈS


CINQUIESME PARTIE DE LA MUSE NORMANDE


Le chant Ryal du Procez n’a pas besoin de Commentaire,
pour ce qu’il s’explique soy-mesme, 1629,


CANT RYAL

Men proculeux, su mot je vou zescrits
Por vo prier d’entendre à la pourcasche
De men prochez, et d’estendre vos grifs
Por recheuer chu couple de Bescache,
Et su Levrault que j’ay prins à la casche :
Quand no tiendra le premier jugement
Furlufez vous et parlez hardiment ;
Car sou voulez n’auer point la pepie,
Vo Rebiffer, Courbastre et contester,
Avant un mois no verra m’emporter
Le grand prochez meu pour un nid de Pie.

Depis deux jours no m’a donné avis
Que ma partie a prins une Foüache