Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/354

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui il eût fallu faire recommencer leurs classes.

Épiant donc aux portes notre Pindare, et l’apostrophant tout juste au moment où il baissait la tête sous le ciel, comme de peur de se blesser : « Soyez antiquaire, Gervais Delarue, mon ami (lui cria-t-il bien fort, du plus loin qu’il le vit paraître), soyez antiquaire ! à chacun sa sphère, entendez-vous, et sa vocation particulière. Voyez si je me mêle, quant à moi, d’autre chose que de liturgie ; aussi, pour m’en remontrer sur ce point, faudrait-il se lever de bonne heure.


Ne forcez point votre talent,
Vous ne feriez rien avec grâce.


« Adieu donc, la bonne nuit, et, sur toutes choses, évitez les sots rêves. »

C’était, pour Gervais Delarue, revenir du plus loin qu’il fût possible, et tomber lourdement et de bien haut, d’autant, d’ailleurs, que, le malencontreux archidiacre ayant débité sa tirade à tue-tête, il n’y en avait pas eu un mot de perdu pour la multitude qui sortait en foule en ce moment. Rouge, confus et pantois, Gervais Delarue, pour se remettre un peu, songeait, à part soi, à ces triomphes de l’ancienne Rome, où, au milieu des pompes et des fracas, aux oreilles du vainqueur enivré et hors de lui, un fâcheux, aposté tout exprès, venait dire soudain : O homme, souviens-