Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/248

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tête, au lieu de cent cinquante francs que payaient tous les autres habitants de la ville. Mais la direction les eût-elle reçus gratis, encore y aurait-elle trouvé son compte ; car ils firent si bien taire tout ce petit monde bruyant de clercs, que tout, bientôt, fut en paix, au théâtre comme au Palais, et qu’on y vit revenir en foule la bonne compagnie, que le tapage en avait chassée. C’était, désormais, un corps imposant que la Basoche. L’avocat-général Grente de Grécourt, homme d’esprit et aimant à rire, un jour, au sujet d’un procureur du roi d’Argentan, qui, dans une lettre, le traitait de cher collègue, s’écria, en pleine conférence, oyants tous les procureurs et clercs du Palais, que de collègue, il n’en avait point dans le ressort, sauf, toutefois, le procureur-général de la Basoche.

Tout, donc, paraissant sourire à ce sénat naissant, il frappait dur et souvent sur les délinquants ; bref, on y jouissait de la vie, on se promettait de belles années, des jours de puissance, de gloire et de triomphe. Mais c’étaient là de ces illusions, de ces rêves décevants d’une jeunesse aveugle et confiante. Tandis que ce lierre si verdoyant s’élançait autour du chêne antique, s’identifiant avec lui, le vieux arbre lui-même, sapé par la hache, penchait vers la terre, et tomba enfin lourdement, faisant tout retentir du bruit de sa chute.