Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas moyen de pousser la perfection plus loin ; parce qu’enfin tout ce qui est mortel a des bornes.

1774 ! l’époque est notable ; le Conseil supérieur venait d’être supprimé, expulsé ; car pourquoi ne pas dire le mot ? Rien n’y avait manqué, pas même le pamphlet, pas même la caricature ; le Coup-d’œil purin, l’estampe des Vendeurs chassés du temple, sont encore là pour le dire. Avec quel enthousiasme, au contraire, avait été fêté le Parlement rendu aux vœux de notre ville, de la province tout entière ! Un mois durant, ce n’avaient été, dans Rouen, que députations, harangues françaises et latines, pièces de vers, banquets, feux d’artifices, fêtes de toutes sortes. Les graves magistrats s’étaient laissé faire de bonne grâce ; au Palais, toutes les têtes avaient tourné, je dis les plus vieilles, celles que couvraient les plus blancs cheveux, que chargeaient les plus lourdes perruques ; comment donc celles des clercs auraient-elles pu y tenir ? Ne s’avisèrent-ils pas, un jour, de traîner dans les rues, un mannequin d’osier revêtu d’une robe de palais, coiffé d’un bonnet carré, et ressemblant à M. de Crosne, le premier président du défunt Conseil, mais lui ressemblant si bien que Mme de Crosne, je crois, s’y fût méprise. Quel bruit cela fit dans la ville, vous pouvez le penser, surtout lorsqu’on sut la réponse des clercs aux officiers de police qui les vou-