Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.


chapiteaux de l’église Saint-Pierre, hésitant entre la poésie, l’éloquence et l’érudition, et s’éprenant enfin d’un beau feu pour l’histoire du passé, à laquelle il consacra d’abord tous ses loisirs, ensuite toute sa vie. Quelques-unes de ces anecdotes nous reportent aux années où il fut employé à la Bibliothèque royale ; d’autres, à celles que remplirent ses fonctions de greffier de la cour de Rouen. Encore un procès, où il raconte les obstacles qui s’opposèrent pendant quelque temps à l’exécution des dispositions testamentaires de l’abbé Legendre, est une sorte d’hommage et de cordial adieu à ses confrères de l’Académie de Rouen, qui tous professaient pour lui l’estime la plus sincère, comme ils lui en donnèrent un témoignage, le plus significatif qu’il fut en leur pouvoir de lui offrir, en lui décernant, en 1862, une médaille d’honneur.

Il est inutile, après tant d’autres, de parler de son extrême aménité, de la distinction de ses manières, qui lui gagnaient tous ceux qui avaient le bonheur de l’approcher ; de cette bienveillance inaltérable, qui ne lui laissa jamais échapper un mot désobligeant pour personne ; de cette sensibilité qui lui faisait payer les plus légers services d’une reconnaissance hors de proportion avec le bienfait, et dont il aimait à renouveler sans cesse l’expression[1] ; de cet attachement à ses amis (les plus vieux furent pour lui les meilleurs), qui ne tenait rien de l’amour des louanges, ni de l’intérêt. Ce qui frappe le plus chez lui, c’est une constance, qui ne se démentit jamais, dans les sentiments, dans les goûts, dans le genre de vie. Tel il était dans son adolescence, tel à peu près on le retrouve dans sa vieillesse. L’expérience, sans doute, l’avait éclairé, mûri ; elle avait modifié quelques-uns de ses jugements, fait tomber quelques-unes de ses illusions ;

  1. Il était aisé d’en juger par la manière dont il parlait de MM. Berger de Xivrey, Timothée Campenon, Pierre Clément, Léopold Delisle, Ernest de Fréville, Gomont, Homberg, Paulin Paris, André Pottier, Ch. Richard, N. de Wailly, etc..