Page:Amable Floquet - Anecdotes normandes, deuxieme edition, Cagniard, 1883.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Rouen, votre épouse, notre mère, prête à vous recevoir avec une indicible joie. Vous la gouvernerez sagement, et mettrez toute votre puissance à la protéger, à la défendre. »

« Avec l’aide de Dieu, je le promets,  » répondit l’archevêque. Le livre des Évangiles lui étant alors présenté, le prélat, sur l’invitation du doyen, jura solennellement ce qu’il venait de promettre ; puis, au bruit de toutes les cloches de la ville sonnant en volée, au bruit des orgues et de leurs fanfares triomphantes, il entra dans son église et monta dans la chaire de Saint-Romain, d’où il bénit la multitude prosternée, aux cris de : Noël ! Noël ! Noël ! qui semblaient ne devoir jamais cesser.

Quel serment fut mieux rempli que celui fait par Georges d’Amboise en ce jour solennel ? Qui pourrait redire tout ce que fit le prélat pour son église, pour la ville, pour la province tout entière ? Sa Cathédrale ornée d’un portail majestueux ; le chœur enceint de riches balustrades, chefs-d’œuvre de l’art ; le trésor rempli d’ornements splendides, de vases précieux, d’inestimables reliquaires ; la grosse tour ébranlée par une cloche monstrueuse dont le son formidable portait au loin la pensée de Dieu et le souvenir du généreux prélat qui l’avait donnée ; les archevêques de Rouen dotés d’un palais de plaisance, sujet d’orgueil pour les