Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/89

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE VU, CHAP. XXI.

85

CHAPITRE XXI.

ou L’ON PRÉVOIT LES OBJECTIONS SUSCITÉES PAR LE PROJET D’ÉTENDRE LE POUVOIR MUNICIPAL,

Je m’attends aux objections sérieuses que va provoquer la hardiesse de ces idées touchant un système communal si étendu. On se retranchera derrière ces mots sûreté de la monarchie, imprudence d’ouvrir la barrière à l’esprit démocratique, difficulté d’élever une digue suffisante contre le cours du torrent quand il aura commencé à déborder; on fera valoir, sans doute, c’est l’argument inévitable, le feu et l’inquiétude du caractère français, notre humeur usurpatrice, nos penchants révolutionnaires, toutes choses qui rendent dangereuses pour le gouverment les réunions populaires, et nous portent à abuser aujourd’hui, contre lui, des droits qu’il nous a conférés hier.

Que ce serait pour élargir les bases des institutions communales un moment étrangement choisi que celui où elles ont déjà tant de peine à être mises en exercice, soit à cause de l’indifférence égoïste et de l’apathie de la plupart des électeurs, soit par suite de l’extrême dimculté de trouver dans les communes le nombre d’hommes suffisant pour siéger dignement au corps muni-