Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/84

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DÉMOCRATIE NOUVELLE.

80

pectera d’autant plus la puissance, qu’une part de cette puissance résidera en lui.

En rétablissant la liberté des communes, vous ferez revivre, en outre, l’esprit de famille qui ramenera, à son tour, les bonnes mœurs.

CHAPITRE XX.

DE I,’OKGAT)tSAT!Ofi MUNICIPALE.

Il ne s’agit pas de rendre aux municipalités cette puissance politique dont elles ont joui dans un temps où elles ne pouvaient être libres sans être souveraines. Nous n’avons plus besoin d’acheter péniblement, pour la commune que nous habitons, le droit de nous défendre contre l’oppression. La nation tout entière est devenue libre et souveraine, et ne forme plus qu’une seule et vaste commune, qui a sa représentation centralc, rend bonne et exacte justice à chacun de ses membres, vote régulièrement l’impôt et veille à l’économie des dépenses publiques. La liberté personnelle, le droit d’écrire et de parler, la propriété et l’industrie sont assurés à l’ombre de la constitution.

Mais au dessous des droits politiques généraux qui sont maintenant placés sous la sauvegarde de la Charte, se trouvent les intérêts locaux dont la gestion laissée aux citoyens,