Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/63

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE VU~ CHAP. XV. 5’)

s’ensuit que le système le plus utile à la richesse nationale est celui qui conduit à la levée des prohibitions.

Qui ne voit d’ailleurs la liaison qui existe entre ce système et notre opinion touchant la nécessité de trouver un écoulement pour l’activité nationale? Tout ce qui fait sortir les Français de chez eux les arrache à leurs discordes intestines et avance la solution de la plus grave difficulté qui soit dans nos affaires. Le commerce extérieur demande le développement de la marine et la fièvre d’agitation qui nous dévore se calmera en trafiquant dans tous les pays, en naviguant sur toutes les mers.

Le grand intérêt des commerçants français est d’entrevoir, dès aujourd’hui, à quel système la victoire est réservée. Un gouvernement qui, attentif à régler les destinées du pays par l’étude des véritables sources de notre prospérité, aurait l’intention de tendre à l’abolition graduelle des restrictions qui pèsent sur l’importation des marchandises étrangères, saurait placer à ~a fois, sous la protection du temps, les ménagements dus aux intérêts de quelques manufactures et le développement des germes du triomphe réservé un jour aux grands principes de )a liberté du commerce

Du re.ste nous u< nous dis.smuih’ns p:).~ qu<’