Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/60

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEMOCRATIE KOUVELLE.

56

taxes sur tout produit de l’industrie étrangère jusqu’au niveau de 1 impôt payé au trésor par les manufacturiers nationaux.

En effet, la consommation actuelle de la France, tant en fer qu’en fonte, est environ de 3oo,ooo quintaux de fonte et de < ,~5o,ooo quintaux de fer. Or, le prix moyen des fontes étant, en France de 18 fr. 64 c. et la partie anglaise de même nature ne revenant dans nos ports, qu’a i~ fr. ~5 c. les 100 kil. il résulte une surcharge de 4 fr. 89 c. par 100 kit. et sur le total de la consommation annuelle, de f ,~6~ ,ooo Le prix moyen du fer marchand, fabriqué

tant àlahouiMc qu’au bois, était, en France,

jusqu’en 1835, de /[3 fr. 18 c.; ce même fer,

pris en Angleterre et rendu dans nosports,

ne revenait qu’à 22 fr. 88 c. Il y avait donc

surcharge de 20 fr. 3o c et sur le total df

la consommation annuelle de ?.o,~3/{.ooo Total. 3o,t)03,ooo

Ce qui, multiplié par 7.0 forme le chiffre effrayant de 618,0~0,000 Cependant le droit sur les fontes n’a été réduit que d’un huitième et les droits sur les. fers que d’un cinquième. Le droit sur les laines n’a pas été non plus suffisamment réduit. Ajoutons qu’il ne l’a pas été assez tôt car nos fabriques n’ont pu soutenir la concurrence de l’Allemagne et de l’Angleterre qui admettent les laines à un simple droit de balance. L’Espagne et le Piémont voyant leur.s laines repoussées par nos tarifs, les ont mises à profit chez eux des fabriques se sont formée-, dans ces pays et ont