Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/411

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES,

’.07

du pays, mais encore aux yeux de la science, le gouvernement sous le patronage duquel elle s’exécutera; car elle réalise un des voeux les plus chers des hautes intelligences historiques du )8* siècle, des Laurière, des Bréquigny, qui voyaient, dans les monuments dela législation municipale, l’origine la plus certaine et la plus pure de notre ancien droit de coutumier. Pour moi, monsieur le ministre, je tâcherai de poser au moins les bases du grand ouvrage dont la pensée vous appartient, heureux d’aller rechercher à toutes leurs sources les souvenirs de cette masse plébéienne, autrefois esclave ou sujette, maintenant souveraine, dont j’ai salué avec joie la dernière et glorieuse victoire heureux enfin d’employer le peu de forces qui me restent pour une cause et pourdes études auxquelles j’ai dévoue ma vie.

ai l’honneur d’être, avec une haute considération,

Monsieur le ministre,

Votre très humble et très obéissant serviteur,

AcGt)!TtN TH<ERRY.

~fm&f’e de l’Institut,

!’aris, te mars iS3}.