Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/405

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES.

40~

n. 26

rentes reprises ont été chargées de visiter et d’inspecter par toute la France les dépôts d’anciens actes publics et les établissements littéraires.

Cet examen m’a indiqué l’existence de recueils manuscrits et de répertoires d’actes dont le dépouillement, exécute sur les lieux, devait me procurer un grand nombre de pièces importantes, ou me fournir des indications capables de me les faire découvrir. Tel fut le sujet des premières lettres que j’adressai, par l’entremise de vos bureaux, aux correspondants de votre ministère dans tous les départements. A mesure que s’est agrandi pour moi le cercle de ces communications officieuses, chaque réponse qui m’a été transmise s’est toujours trouvée, de ma part, suivie d’une nouvelle lettre, dans laquelle je réclamais, soit de plus amples éclaircissements, soit la c~pie de pièces jugées utiles et reconnues inédites. Ces demandes de copies se sont élevées au nombre de sept cent trente-neuf, tant pour les chartes de communes que pour les actes relatifs aux corporations industrielles. En outre, j’ai fait transcrire moi-même quarante pièces environ, dont les originaux, transmis en communication par les maires de plusieurs villes, leur ont été ensuite fidèlement renvoyés. Toutes ces copies sont maintenant déposées au bureau des travaux historiques, dans des cartons étiquetés du titre de la collection que je dirige.

M est de mon devoir, monsieur le ministre, de nommer ici ceux de MM. les correspondants qui se sont empressés de venir à mon aide, dans ce travail préparatoire, et dont le zèle désintéressé mérite ma reconnaissance et votre approbation. M. le docteur Leglay, archiviste général du département du Nord, a bien voulu extraire, du riche dépôt dont la surveillance lui est confiée, plusieurs catalogues de chartes municipales, et, sur ma demande, il a déjà envoyé copie de cinquante-cinq de ces pièces. M. Tailliar, conseiller à la cour royale de Douai, m’a transmis le sommaire et quelques fragments d’un mémoire plein de science et de vues ingénieuses sur l’origine etla constitution des communes du nord de la France; ie lui dois en outre vingt-six copies de chartes concernant les villes d’Aire et de Douai. M. Chambaud, archiviste du département de Vaucluse, après avoir visité toutes les archives communales de ce département, a consigné les résultats de cette inspection dans plusieurs rapports d’un haut intérêt qui renferment de curieux détails sur l’organisation libre des villes de l’ancien cointat Venaissin, sur leurs assemblées représentatives, le nombre, le mode d’élection, le degré de pouvoir et les dinérents titres de leurs magistrats