Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/382

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES.

378

btcsse se restreignent aux prérogatives purement honorifiques dont ils sont en possession.

Voilà l’unique moyen d’empêcher le reste de la nation de répéter aux deux ordres privilégiés ce qu’il leur disait aux États tenus à Mchun-sur-Yèvre, en 1426 « Que dans le temps où il soutenait leur vie à la sueur et travail de son corps, ils attaquaient la sienne; et que, tandis qu’ils vivaient de lui, il mourait par eux. M Les exemptions enfantent la jalousie, la haine la discorde; l’unité d’intérêts qui résultera de leur suppression fera naitre la paix le patriotisme, la bienveillance universelle, et les Français ne formeront plus qu’une grande famille où les âmes n’emploieront la supériorité de leurs lumières et de leurs forces que pour le bonheur de leurs frères.

Les deux ordres privilégiés ont vu trop tard que les trois États n’étant qu’un corps dont le roi est le chef, la misère du troisième était une fièvre lente qui affaiblissait le premier et le second, quoiqu’ils ne la sentissent pas mais cette vérité, que les deux ordres privilégiés n’avaieut pas d’abord aperçue, vient enfin de frapper leur esprit, et bientôt elle a produit l’eu’et qu’on devait naturellement en attendre.

Le clergé a offert, il y a deux ans, de sacrifier ses priviléges au soulagement du peuple.

Les membres les plus distingués de cette noblesse généreuse, (lui a toujours prodigué son sang avec tant de courage pour la défense commune, se sont aussi empressés de donner à la nation cette seconde preuve de leur zèle pour le salut public et la portion de ce corps, si recommandable à toutes sortes d’égards, qui ne s’est pas encore expliquée sur cet objet, ne tardera pas, sans doute, de suivre un exemple qu’elle était faite pour donner.

La magistrature, enfin, ne s’est, en quelque sorte, réservé, pour dédommagement de ses pénibles fonctions, que l’honneur de les remplir.

CONSTITUTION.

NÉCESSITÉ D’UNE CONSTITUTION.

Attï. !< Il serait illusoire de s’occuper de remédier aux abus, si l’on ne remontait à leur source, et si l’on ne s’attachait à prévenir que la nation n’y fût de nouveau exposée en conséqueuce, la consti tution et les lois seront le premier objet dont s’occupera l’Assemblée nationale, afin que ces principes étant j~sés, l’extirpation succes-