Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/373

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE Xtt~ CHAP. XXIV.

369

H. 24

CHAPITRE XXIV ET DERNIER.

DES SCIENCES DE LA LITTÉRATURE ET DES ARTS ENVISAGÉS DANS LEURS RAPPORTS AVEC LE PRINCIPE DU GOUVERNEMENT DES CLASSES MOYENNES.

Dans une société où l’on doit toujours craindre l’invasion de la puissance populaire, il importe d’empêcher que la trivialité des habitudes et la grossièreté des mœurs ne préparent la nation aux formes démocratiques.

Dans cette société où l’on a aussi à se préserver contre le despotisme royal, il faut que l’éloquence et la philosophie entretiennent la dignité des pensées et la générosité des sentiments.

Là où règne souverainement le principe d’égalité, les rangs doivent être marqués par les degrés du mérite et les différences de l’éducation.

Là où le don de la parole mène au gouvernement~ l’art d’émouvoir et de persuade! les hommes demande à être soigneusement cultivé. Là où la forme savante du gouvernement est un équilibre tout nouveau entre des pouvoirs qui s’étonnent de se toucher, on ne saurait trop étudier la morale, science de l’homme, et l’histoire, science des hommes.