Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/340

Cette page n’a pas encore été corrigée


3~5

DE LA DEMOCRATIE NOUVELLE.

« Le gouvernement des classes moyennes me semble devoir être parmi les gouvernements » libres, je ne dirai pas le plus éclairé, ni surtout » le plus généreux, mais le plus économique. » Je crains qu’en portant ce jugement rigoureux il n’ait plutôt regardé ces classes telles qu’elles sont avant de régner, que telles qu’elles peuvent être après la possession et l’usage de l’autorité.

La France est le seul théâtre d ou le spectacle de leur gouvernement soit livré aux regards du monde. Mais un jugement définitif, porté d’après un si court début, serait par trop précipité. Laissez la bourgeoisie prendre les mœurs du gouvernement et ne commettez pas l’injustice de la comparer aux aristocraties vieillies dans le commandement.

Le gouvernement des classes moyennes ne sera pas, dites-vous, le plus éclairé. Et pourquoi? Il serait étrange que cette partie de la nation, la plus féconde en grands hommes, ne pût apprendre la politique en la pratiquant. Les publicistes qui ont le mieux traité de l’art de gouverner sont sortis de son sein et, si nous interrogions l’histoire, nous trouverions qu’elle a donné de bons ministres à la monarchie absolue. Il ne lui manque que l’habitude.

L’aristocratie assurée du pouvoir par la nais-