Ouvrir le menu principal

Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/322

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE H DEMOCRATIE NOUVELLE.

)8

Les députes se trouveraient placés dans une position humiliante vis à vis des électeurs contribuables. Le reproche de ne pas faire assez pour gagner leur salaire planerait toujours au dessus de leurs têtes. Leurs commettants croiraient avoir le droit de dicter leurs votes quoi qu’il en fût, on soupçonnerait leurs opinions de souffrir cette secrète servitude, et ils perdraient, dans le respect public, la place qui convient à des légistatcurs.

Supposez que le peuple ait plus d’influence que la royauté dans les élections, les députes prendront des engagements dangereux pour la stabilité de la couronne. Supposez le contraire, et vous aurez dans les députés autant de fonctionnaires du souverain.

L’établissement d’un salaire pour les membres de la représentation nationale pourrait donc faire dégénérer la monarchie moyenne en république ou en État despotique c’est assez pour faire voir combien une telle disposition résiste à l’esprit du gouvernement dont nous cherchons les lois.

rarement sur les rangs pour ne pas prendre à un homme malheureux, et souvent très capable une place qui le M faisait vivre, lui et sa famille. Z?e.t .~rt’ocr~’e.t r~’fifn;f7/f(’~ par Alexandre DE L*BORDE.