Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/321

Cette page n’a pas encore été corrigée


t~Vi!ttXU~CH<Lp.\K).

CHAPITRE VIII.

~7 7

tF. MEMBRES DU CORPS LÉGISLATIF DOIVENT-ILS ETRE

SALARIES? ?

Les graves Inconvénients que nous avons trouvés à la suppression ou réduction du cens d’éligibilité résultera!e[tt, avec une gravité plus redoutable encore, de l’établissement d’un salaire pour les membres de la Chambre des députés. La concurrence en deviendrait cent fois plus vive et plus dangereuse. La députation offrirait les avantages d’une position rétribuée elle réunirait tous les appas qui peuvent exciter l’ambition. Plus on serait pauvre, plus on aurait besoin d y prétendre~ et je ne réponds pas qu’on ne finit par puiser dans ce besoin même des droits pour l’obtenir

médecine, des sciences ou des lettres les avocats inscrit-, au tableau les avoués près les cours et tribunaux; les notaires, etc.

C’est ce qui arrivait so’ts le régime impérial. L’indemnité accordée aux membres du corps législatif s’élevait annuellement à 0,000 francs. "Cette existence était très )’ recherchée par un grand nombre de personnes pauvres dans les départements. C’étaient ordinairement des ann ciens hommes de loi des secrétaires de préfecture des « membres du conseil de département, pour lesquels cette existence était à la fois un état et une fortune; les prop)iétaires riches, les négociants distingués se mettaient