Page:Alletz - De la démocratie nouvelle, ou des mœurs et de la puissance des classes moyennes en France - tome II.djvu/285

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE X! CHAP. tX.

281

cité toute seule séparée de la propriété et dans quelle mesure? cela est pour la bourgeoisie une question de famille. Quiconque a reçu une éducation libérale lui appartient. Elle fera pour les siens ce qui sera possible selon les temps, les hommes et les choses mais elle irait directement contre le principe de la démocratie moyenne en conférant des droits politiques à la pauvreté et à l’ignorance réunies. Ce serait entrer dans le gouvernement populaire. Si elle veut abdiquer, qu’elle agisse ainsi à la bonne heure.

Il y aurait encore un moment où finirait le gouvernement des classes moyennes et c’est celui où finiraient les classes moyennes ellesmêmes. Qu’on ne s étonne pas cela peut se supposer.

Si la propriété se divisait tellement que chacun des habitants n’en eût plus qu’une portion égale, leg’OM~r/~?/Hc~ /Ho~e~ serait détruit le peuple entier deviendrait roi. C’en est assez pour faire comprendre le rapport étroit qui existe entre les bases du gouvernement bourgeois et les lois qui règlent le mouvement de la propriété.

Les classes moyennes favoriseraient, donc de leurs propres mains, le progrès de la démocratie populaire, si elles établissaient ou laissaient sub-